L’homme perdu dans le désert

Un homme perdu dans le désert était presque mort de soif. Mais il arriva près d’une petite maison, une cabane sans fenêtres, sans toit, délabrée par le temps. L’homme y trouva un peu d’ombre, au pied d’un mur aux briques défoncées.

Regardant alentour, il vit une citerne d’eau, vieille et à moitié enfoncée dans le sable. Il s’arracha à l’ombre bienfaitrice et commença à puiser sans relâche. Rien n’arriva. Désemparé, l’homme s’affaissa à côté de la citerne et remarqua la présence d’une bouteille. Il la prit, l’essuya, la remua : elle était remplie d’eau !

Mais sur le dessous de la bouteille, il y avait une inscription : « vous devez d’abord relancer la citerne avec toute l’eau de cette bouteille, mon ami ».
PS: soyez aimable de remplir à nouveau la bouteille avant de partir ».

L’homme, toujours assoiffé, se trouvait face à un dilemme : s’il buvait l’eau de la bouteille pour survivre, il ne pourrait relancer la citerne grâce à laquelle, peut être, il aurait obtenu de l’eau fraîche. Mais si jamais il ne parvenait pas à relancer la citerne… il aurait tout perdu. Que faire ? Gâcher l’eau de la bouteille et perdre la vie ? Ou bien faire confiance à ce que le précédent voyageur avait écrit sur la bouteille ?

L’homme poussa un soupir, vida la bouteille dans la citerne et se mit à tourner la manivelle. Rien ne sortait. Il continua de plus belle… A la fin, un mince filet d’eau coula. Puis un écoulement plus conséquent arriva et finalement un jet puissant en sortit. La citerne donnait de l’eau fraîche et cristalline en abondance.

L’homme remplit la bouteille et but jusqu’à plus soif. Il la remplit de nouveau pour le prochain voyageur et prit un petit papier dans sa poche usée, sur lequel il écrivit : « Crois-moi, cela fonctionne ! Tu dois d’abord verser le contenu de cette bouteille dans la citerne pour en obtenir de l’eau fraîche en retour. »

…………………………………………………

On peut apprendre de cette brève histoire des choses importantes :

Un effort peut être vain s’il est fait de la mauvaise manière. Parfois, il vaut mieux ouvrir ses oreilles et ses yeux, apprendre d’autrui, de son expérience.

A son tour, il faut savoir faire profiter notre prochain de notre expérience.

Si vous avez des problèmes avec un proche, rappelez-vous ceci : vous ne pourrez obtenir de lui quelque chose qu’à condition de donner avant.

Cultiver de bonnes relations, c’est d’abord donner le meilleur de soi.

« Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité visant à un but commun : l’épanouissement de chacun dans le respect des différences. » ~ Françoise Dolto

Partager Cette Page

Laisser un commentaire